Dream Dram: Bowmore Bicentenary (1979)

Bowmore, dégustation, écosse, islay, whisky -

Dream Dram: Bowmore Bicentenary (1979)

de lecture

Il y a un whisky légendaire, et puis il y a un whisky légendaire. Le Bowmore des années 1960 fait partie des whiskies les plus appréciés et les plus vénérés de tous les temps. Je ne peux donc pas vous dire à quel point je suis excité à l'idée d'avoir la chance d'essayer le Bowmore Bicentenary.

Pour son 200e anniversaire en 1979, Bowmore a sorti quelques whiskies différents pour célébrer. Ces embouteillages du Bicentenaire sont apparus sous la forme d'un millésime 1964 par exemple, mais il existe également une version de 12 ans d'âge. L'édition que j'examine aujourd'hui est entièrement différente. Elle ne comporte pas de mention d'âge. Mais...

Selon Serge Valentin, la lettre à l'intérieur de la boîte en bois dit en fait : "Cette bouteille contient un cuvier des plus anciens stocks de la distillerie Bowmore. Une partie a été distillée en 1950, il y a vingt-neuf ans. En fait, la cuvée contient du whisky de dix années différentes entre 1950 et 1966 - toutes très rares."

Et voilà. De très vieux et très rares Bowmore des années 1950 et 1960 sont entrés dans cette cuve, qui a finalement donné lieu à un peu plus de 20 000 bouteilles (selon Whiskybase).

Dream Dram: Bowmore Bicentenary (1979)

Bowmore Bicentenary 1979 (43%, OB, 20.400 bts.)

Nez : Un éventail de fruits tropicaux et rouges. La mangue est au premier plan, mais le kumquat, la nectarine, la fraise et la framboise suivent de près. La complexité est différente de tout ce que j'ai pu essayer auparavant. Presque une surcharge sensorielle. Un soupçon de tabac, une bouffée de menthol, une touche de colle. Quelques raisins secs, du sirop de cerise et du miel aussi. Incroyablement frais et vibrant, même après avoir passé presque quatre décennies dans une bouteille. Ce n'est plus drôle.
Goût : Je ne sais pas vraiment par où commencer. De l'huile de moteur, du diesel, du sel, de l'eucalyptus, du tabac, des feuilles pourries (non pas que j'en aie jamais mis en bouche, d'ailleurs), de minuscules notes de tourbe. Un peu de poivre noir concassé et de noix de muscade. Mais aussi du pamplemousse rose, des oranges, de la mangue et des fraises. Oh, et des prunes, des dattes et des raisins secs. Arrête-toi, bordel. Je ne peux pas supporter ça.
Finale : Menthol, tourbe très subtile, fruits persistants.

Conclusion : Avoir des attentes incroyablement élevées à l'égard d'un whisky, et ensuite il ne se contente pas de répondre à ces attentes, il les dépasse. C'est la marque d'un whisky vraiment légendaire. Il va directement au sommet de mon Top 10.

Photo: whisky-onlineauctions.com


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.